L'humilité : force ou faiblesse ?

L‘ HUMILITE: FORCE OU FAIBLESSE ?


Anne-Marie Michaux 26 02 2022



Quel intérêt ce sujet aujourd’hui ?


Les temps actuels

On assiste de la part de beaucoup à des déclarations péremptoires, voir des attitudes arrogantes pouvant aller jusqu’au mépris de l’autre…

Et puis récemment, lors de son message du nouvel an , le Pape a appelé chacun à faire preuve d’humilité, à redevenir petit, à redécouvrir les petites choses de la vie. Qu’est ce que cela signifie? Cela nous conduit à nous interroger sur ce concept, vertu pour les uns, ou faiblesse pour les autres.


Injonction contemporaine : croire en soi ! Développer l’estime de soi,(diversité des méthodes de développement personnel)…. Cest le Tout à l’EGO !


Plusieurs philosophes se sont penchés sur cette question, en faisant un concept philosophique à part entière, riche, avec des points de vue divergents qu’il est intéressant d’ examiner et de confronter.



I -qu’ est-ce que l’humilité?


Racine du mot : HUMUS : fertilité, même racine : la terre, au sens du sol ; humiliation; humain ... humour !


Ce concept est hérité du christianisme:


“Heureux ceux qui sont humbles de coeur car le royaume des cieux est à eux”

ST Matthieu- les Béatitudes


La religion catholique a de tout temps exhorté chacun à faire preuve d’humilité.


Definition courante du dictionnaire: c’est la caractéristique qui entraîne les gens à entreprendre une action sans proclamer leur réalité. C’est aussi pour quelqu’un garder la tête froide face au succès.


Pour André Comte-Sponville, l’humilité n’est pas ignorance de ce que l’on est mais plutôt reconnaissance de ce qu’on n’est pas. C’est une assez bonne definition.


Pour Kant, l’humilité est la conscience et le sentiment de son peu de valeur morale en comparaison de la loi : il en fait la vertu centrale de la vie pour apporter une perspective appropriée de la morale.


Pour Montaigne, il est absurde de vouloir dépasser l’homme, ce qu’on ne peut, ce qu’on ne doit.

L’humilité est une vertu lucide, toujours insatisfaite d’elle même mais qui le serait encore plus de ne pas l’être.

C’est la vertu de l’homme qui sait n’être pas Dieu.

L’humilité, c’est l’athéisme de soi-même comme l’incroyant l’est de Dieu.

C’est une vertu au sens où elle relève de l’amour de la vérité et s’y soumet.

Etre humble, c’est aimer la vérité plus que soi.


C’est pour cela que toute pensée digne de ce nom suppose l’humilité, elle s’oppose en cela à la vanité. L’humilité doute de tout et spécialement d’elle-même.


Definition par rapport à une notions voisine: La modestie


Celle-ci consiste à montrer de la retenue dans l’appréciation de soi et de ses qualités.


L’humilité est plus profonde, plus intérieure:

Une personne humble ne sera ni orgueilleuse, ni égocentrique, ni méprisante à l’égard d’autrui mais est prête à s’améliorer, à continuer à apprendre et à écouter autrui.

Parce que la conscience de ses insuffisances, de ses faiblesses porte à rabaisser ses propres mérites.


Néanmoins, on voit que le point commun entre les 2, c’est le moi.


Le contraire: l’orgueil, la suffisance, la prétention, la vanité, le dédain…


l’orgueil peut se définir comme une estime excessive de sa propre valeur, qui fait qu’on est persuadé d’être important ou supérieur en raison de ses talents, de sa beauté, de son rang, de sa richesse…


Hommes gonflés d’orgeuil: qui ont une trop haute opinion d’eux-mêmes !



II- L’ humilité peut-être considérée comme une faiblesse


Pourquoi ?

La tendance est de penser que les gens sûrs d’eux sont ceux qu’il faut imiter, et que les gens humbles et doux sont faibles, timides ou serviles.


Et puis quelle place pour l’humilité dans un monde contemporain de compétition permanente ? ce sont les agneaux qui vont se faire bouffer par les loups (ou les requins)! .

Pour vivre et réussir, il faudrait montrer sa force, ses muscles ! Donner l’image de quelqu’un de fort, s’imposer.


Celui qui a le mieux théorisé l’humilité comme une faiblesse, c’est Nietzche :


Pour lui, l’humilité est une fausse vertu qui dissimule les déceptions qu’on cherche à cacher à l’intéreiur de soi. On se dévalorise. C’est une vertu d’esclave !


Il va plus loin : l’humilité, c’est le masque de la haine.

Pour lui, le christianisme est une doctine des faibles qui dissimule leur ressentiment et leur peur haineuse de la vie derrière un discours moral au service d’un certain type de volonté de puissance;


Nietzche dénonce le fait de dire “je suis bon parce que j’accepte l’humilité, j’accepte les valeurs de soumission (cf Houellebeck également).


L’obéissance du troupeau:

j’obéis au devoir non pas parce que je le veux mais parce qu’il faut obéir, parce que l’obéissance est une valeur . L’essentiel, c’est l’obéissance.


Cela peut conduire à s’abstenir de faire, à l’ acceptation.


Soyez faibles, obéissez, on s’occupe de tout!


L’humilité ne conduit pas à se rebeller, à prendre du recul sur l’idéologie du progrès ... Encore moins à faire la révolution !

Se soumettre à une morale conduit au conservatisme : la domination est fondée sur des idéaux moralisateurs qui glorifient les puissants.


Néanmoins pour Nietzche la volonté de puissance ne désigne pas une volonté de domination : c’est désirer être plus fort que ce que l’on est.

Le vrai fort est celui qui est capable d’affronter la réalité et d’augmenter sa puissance sur la réalité.


On retrouve la vertu romaine qui désigne la force, le courage d’affronter la réalité et non de se soumettre à un idéal moral ou religieux.

C’est la joie d’exister et de faire usage de ses passions sans tomber dans les préjugés moraux.


Machiavel


L’Etat est un mal nécessaire car les rapports de force sont la loi de la réalité. La vie est une école de guerre, les humbles sont dominés et perdent la partie.


Spinoza

L’humilité, c’est une tristesse née de ce que l’homme considère son impuissance ou sa faiblesse. C’est moins une vertu qu’un état, un état d’âme.


Risque: Etre bas, (Aristote), c’est se priver de ce dont on est digne, c’est méconnaître sa valeur réelle, au point de s’interdire, faute de s’en croire jamais capable, toute action un peu haute: C’est une forme de mépris de soi.


Il est indigne pour un homme de s’humilier et de courber l’échine. Ne pas être humilié non plus par les autres !



III - Mais l’humilité peut être considérée davantage comme une force ou une vertu


1- L’humilité comme vertu est cette tristesse vraie de n’être que soi


Pour André Comte Sponville, l’humilité est un savoir avant d’être une vertu triste; savoir certes, mais plus utile à l’homme qu’une joyeuse ignorance.


“Mieux vaut se mépriser que se méprendre”


2 -être humble et doux ne veut pas dire faible et effacé


Les humbles essaient d’avoir un regard honnête sur eux mêmes; ils reconnaissent les points forts des autres et s’en réjouissent.

Une persone humble prend les autres en considération durant les conversations et n’interrompt pas les autres, pas plus qu’elle ne les dénigre.


Socrate: “Connais toi toi-même”


Sagesse de la vie: plus on avance en âge, plus on perçoit qu’on ne sait rien ou pas grand chose (chanson de J Gabin)


Au contraire, se croire l’élite, avoir l’esprit hautain de ceux qui savent et croient détenir la vérité n’est pas une force.

La force d’un être humain, c’est de reconnaître qu’il n’est pas bon en tout. Cela ne veut pas dire nier ses forces, surtout si ce sont les autres qui vous les reconnaissent ! S’accepter à sa juste valeur.


L’humilité peut être un moteur pour avancer !

Elle peut être considérée comme une qualité précieuse: une qualité discrète


Assumer sa vulnérabilité peut être une force : il n’est pas utile de se montrer fort en toutes circonstances pour imposer le respect et l’admiration.


Reconnaître ses erreurs, demander de l’aide, témoigne de notre authenticité; nous rend accessible et humain.

Reconnaitre ses faiblesses et les assumer est une preuve de sagesse.


Jésus: la vraie grandeur ne nait pas de l’orgueil mais de l’humilité.


L’humilité n’empêche pas d’être courageux, de dire la vérité (sans blesser) et de ne pas avoir peur des hommes.


Des exemples de grands hommes à la fois humbles et courageux : Gandhi, l’Abbé Pierre, Soeur Emmanuelle (qui déclarait elle même avoir un petit penchant à s’aimer trop!) Chacun pourra compléter par d’autre exemples.


Sincérité et humilité sont soeurs :


Il faut aimer la vérité ou s’aimer soi. Toute connaissance est une blessure narcissique.


“Un homme est bien fort quand il s’avoue sa faiblesse” Honoré de Balzac


“Etre humble, c’est savoir qu’on est toujours perfectible, qu’on a encore besoin de progresser, qu’on a besoin des autres” Frédéric lenoir


L’humilité sincére favorise les bonnes relations avec autrui.


Phrase célébre de Talleyrand

“quand je me regarde, je me désole ... mais quand je me compare, je me rassure ”


Conclusion :


la tentation de l’EGO est forte (dès l’enfance). Invitation à la valorisation du moi (développement personnel etc ...)


En définitive, on peut penser que l’humilité est une vertu contradictoire:

Comment un individu peut-il valoir tout en se dévalorisant?


Entre Kant et Nietzche : trouver le bon équilibre !


Etre ni servile, ni courtisan. Mais il ne faut pas aller jusqu’à se haÏr comme le voulait Pascal.


L’humilité n’est pas quelque chose d’inné. C’est un choix.


Développer une estime de soi modérée : s’aimer ...mais pas trop !


Aimer son prochain comme soi même et soi- même comme un prochain.


L’humilité conduit à l’amour comme le rappelle Jankelevitch : sans humilité, le moi occupe tout l’espace disponible et ne voit l’autre que comme objet ou comme ennemi.

Il y a un courage du désespoir et un courage de l’humilité.


On peut essayer de ne pas se prendre trop au sérieux, garder du recul par rapport à sa propre intelligence, sa réussite sociale et professionnelle.


Aiguiser son sens de l’humour ( même racine)


S’ accepter soi mais ne pas se raconter d’histoires ! Il vaut mieux une vraie tristesse qu’une fausse joie !

L humilité, c’est la plus religieuse des vertus: Dieu est une terrible leçon d’humilité.


Aujourd’hui, certains hommes se rêvent en créateur, en démiurge, se prennent pour Dieu : en effet, les transhumanistes par l’usage des sciences et des techniques, veulent transformer l’homme afin de développer ses capacités et dépasser les limitations humaines.

Le transhumanisme : les apprentis sorciers de la Sillicon Valley manquent réellement d’humilité !


Je conclurai avec 2 sages, Voltaire et Matthieu Ricard qui sont mes “chouchous” :


“L’humilité est le contre poison de l’orgeuil” Voltaire


“L’humilité est une composante de l’altruisme car l’humble est naturellement tourné vers les autres et attentif à leur bien-être” Matthieu Ricard.


Alors cultivons l’humilité !


Mon intervention n’est qu’une humble introduction au débat que vous allez enrichir de vos remarques et points de vue !